Un ami de longue date

On m'a parfois fait le reproche de ne témoigner que pour des hommes et des femmes célèbres... ce qui est assez vrai, car je rapporte les informations que j'ai reçues, par intuition, ou par des flashs de mémoire, des réminiscences, à propos de ceux et celles pour qui j'ai eu des "souvenirs"...

Alors, en effet, souvent ces personnalités ont marqué l'histoire politique, l'histoire des arts... je ne sais pas pourquoi exactement mon esprit est guidé vers ces personnes... c'est tout un chemin de vie qui semble tellement précis, cohérent, progressif et cela sur des années et des décennies, que je ne peux que penser que ce parcours a été préparé en haut lieu... afin que je puisse faire ces découvertes et vous les transmettre.

Néanmoins, aujourd'hui, je vais apporter un témoignage précis concernant un vieil ami d'enfance pour qui j'ai eu aussi une intuition fulgurante... Lisez et vous comprendrez comment ma pensée a abouti à cette compréhension.

Une jeunesse en Aveyron

Voici une photo de moi dans le jardin de mon père en Aveyron, entourée de mon ami Eric et de mon amie Nadine.

Nous n'étions pas scolarisés ensemble, Eric et moi, mais nous faisions partie du même club nautique et aussi du club de judo. De plus, mon père appréciait beaucoup l'intelligence de ce jeune et l'avait formé aux échecs jusqu'à ce que l'élève dépasse le maître/

 (Cliquez sur les images pour les agrandir )

Des souvenirs d'été

Éric n'avait que seize ans quand j'en avais dix-huit, et Nadine dix-sept. Dès que j'ai eu mon permis de conduire, nous allions ensemble nager à "Versailles", nom d'un ruisseau au fond d'une vallée, ou à la cascade à Salles-la-Source, où a été prise cette éloquente photo.

Perdu de vue

Le jour de mon mariage... c'était il y a longtemps, à la cathédrale de Chartres, il m'a fait la belle surprise d'apparaître sans avoir été invité... il avait lu, de passage chez ses parents, le faire-part et avait roulé toute la nuit pour être présent... j'en fus très touchée.

Puis pendant des années, il a disparu... plus personne n'eut de ses nouvelles, pas même ses parents.

Réapparition !

Imaginez que pendant 29 ans, je ne l'ai pas revu ni eu de nouvelles de lui, et voilà que fin 2014, il reprend contact avec moi, éveillant nos souvenirs d'adolescence en Aveyron ! puis il vient me voir début 2015... Il me raconte toutes ses aventures et les épreuves qu'il vient de traverser ; je lui parle de mes recherches, de mes livres, des diffcultés que j'éprouve à trouver un éditeur... il comprend fort bien la dimension spirituelle de la Vie...

Déjà quand il arrive à la maison, il m'offre une caisse de Bordeaux "Château Ludeman, les Cèdres", et moi je me dis "les Cèdres... le Liban" : " A-t-il un lien avec l'homme rencontré au Liban  ?" ( voir la page l'éternel retour ). Puis nous faisons une balade dans le massif du Sancy... À un moment, dans un endroit désert non loin du lac de Guéry, nous croisons une splendide voiture : une Mustang... Juste au niveau d'une petite route qui part vers la maison de Jean-Louis Murat... mon intuition se confirme... Un lien aussi avec Murat ? Joachim Murat, le chef de la cavalerie... un mustang, c'est un cheval !!!

Et puis, toujours en roulant, il me parle de son classement à la fédération internationale d'échecs, ELO, mais moi j'entends " EYLAU" et je me dis : "a-t-il combattu à Eylau ? Est-il mort à Eylau ?"...Cette intuition devient de plus en plus précise... je perçois, je sens, je sais qu'il a été un général... qu'il est mort à Eylau... Il ne me reste plus qu'à chercher qui exactement.

Je cherche, je trouve !

Maintenant que cette suite d'intuitions et de signes m'a permis d'avoir une idée très  précise, un ressenti clair de cette vie antérieure de mon ami, je n'ai plus qu'à chercher sur internet, et vraiment ce nouveau moyen d'informations, bien utilisé, est pour moi un outil merveilleux, sans lequel je n'aurais pas pu mener à bien une partie de ces recherches.

Je cherche, et très vite, je trouve !

Quel général est mort au combat à Eylau : le général Nicolas Dahlmann ! c'est la première fois que j'ai lu ce nom...

J'en parle à Eric, cela le touche, il me dit que souvent il a des douleurs dans une jambe, sans doute liée à une blessure ancienne, et que depuis sa jeunesse, il aime porter des bottes... Il voit lui aussi le tableau de ce général et mesure la ressemblance avec sa physionomie actuelle...

Ci-dessous, photo d'Eric à seize ans à Salles-la Source

Portrait du Général Dahlmann dans son uniforme de colonel des chasseurs à cheval de la Garde impériale, par Albert Gregorius.

Photo d'Eric au lac de Côme (prise par moi en juillet 2015)

Le général Dahlmann mène la charge des chasseurs à cheval de la Garde lors de la bataille d'Eylau, le 8 février 1807. Illustration de Victor Huen, 1910.

Je rends ici hommage à mon ami aveyronnais pour son originalité, son intelligence, sa gentillesse, et pour m'avoir soutenue, encouragée et aidée afin que je puisse poursuivre ce travail d'écrivain et pouvoir voir mes livres édités... ce qui n'est pas facile dans ce pays, la pauvre France, où tout est sous contrôle, en particulier les informations, la presse et l'édition... Même si depuis cette resurgence en 2015-2016, il a de nouveau disparu... ne donnant et ne prenant aucune nouvelle... un intermittent de l'amitié en quelque sorte !

Partagez cette page